EXPERTISE + LIBERTÉ
= OPINIONS

Jardinage connecté : les jeunes pousses à surveiller

Publié le
14/11/2017
|
Caroline Gendron
|
Objets connectés
Publié le
14/11/2017
Caroline Gendron
|
Objets connectés

Potagers connectés, capteurs de plante Bluetooth, serre digitale… L’innovation bat son plein dans le secteur du jardinage connecté. La technologie s'intègre désormais aux accessoires de jardin pour accompagner les novices qui ont la main verte (ou pas).

Un Français sur trois fait son jardin chaque semaine1. Et plus de 44% des Français avouent consacrer plus de 3 heures par semaine au jardinage2. Une passion apparemment réservée aux ruraux mais à laquelle les citadins accordent de plus en plus d’importance pour se « vider l’esprit ».

1 - Les potagers connectés

Quoi de mieux pour cuisiner de bons petits plats que d’avoir des herbes aromatiques fraiches ? La place disponible et le temps consacrés à cette activité ne sont plus un problème. Plusieurs types de potagers connectés ont pour but de faire pousser vos plantations préférées. Il vous suffit de remplir le réservoir d’eau lorsqu’il est vide, la technologie s’occupe du reste.

La luminosité et l’arrosage ne sont plus de votre ressort. Le potager juge quand vos plantations ont besoin de ressources en eau ou en lumière. Pour l’engrais, la plupart des potagers connectés sont connectés à une application qui vous informe lorsque vous devez en rajouter.

Jardinage connecté : les jeunes pousses à surveiller

Les potagers connectés existent également en plus grandes dimensions. Ces mini-serres d’intérieur gèrent la croissance de vos herbes et aromates comme les petits formats précédents.

Jardinage connecté : les jeunes pousses à surveiller

2- Jardinage connecté : le capteur de plante

Parrot a créé un capteur de plante Bluetooth qui donne toutes les informations nécessaires à la croissance de votre plante d’intérieur favorite. Outre la luminosité, la teneur en engrais et l’humidité, le capteur Flower Power analyse la température ambiante. Tout refroidissement éventuel ou surchauffe inattendue est donc évité !

Flower Power fonctionne également avec une application. Lors de la mise en pot de votre plante, vous devez choisir l’espèce de celle-ci parmi les 800 qui vous sont proposées pour permettre au pot de connaître les caractéristiques en ce qui la concerne. Par exemple, chaque plantation n’a toutes le même besoin de luminosité, d’humidité, etc.

Le capteur Edyn analyse quant à lui le taux d’humidité et va l’analyser de manière approfondie pour informer sur la fertilité et l’acidité du terrain, tout en prenant en compte les conditions météorologiques de l’endroit où vous habitez. Parfait pour vous guider dans le choix d’une plante adaptée aux caractéristiques de votre sol.

Jardinage connecté : les jeunes pousses à surveiller

3- Les pots connectés

En matière d’arrosage, les personnes étourdies ont une solution : les pots connectés. Pour éviter que la plante soit trop ou pas assez arrosée, ces derniers gèrent intégralement l’alimentation en eau de la plante. Il vous suffit de préciser de quelle plante il s’agit et l’application se charge de remplir le réservoir dès qu’il est vide.

Certains pots possèdent une si grande réserve d’eau qu'ils peuvent prendre en charge l’arrosage de façon autonome pendant un maximum de 4 semaines. Pour chaque pot Parrot vendu, la marque s’est engagée à planter un arbre en Ethiopie avec l’aide de l’ONG WeForest.

Dans la gamme technologique supérieure, le pot Gaia a la capacité de gérer vos plantes d’intérieur en votre absence. Par exemple, s’il juge que la plante a besoin de plus de luminosité, il se déplace - sans percuter d’obstacle – vers une fenêtre ou une baie vitrée.

En ce qui concerne l'arrosage, Gaia peut vous envoyer un SMS vous suggérant de sortir la plante pour profiter de l’averse en cours. Si vous n’avez ni balcon, ni jardin, Gaia fournira bien évidemment de l’eau à son hôte végétale. Une grande innovation dans le secteur du jardinage connecté.

4 – L’écosystème connecté

Le Grove Labs est un éco-système autosuffisant qui pousse encore plus loin l’innovation du secteur. Il s’agit d’un réel jardin connecté qui accueille sur l’étagère du haut vos plantations comestibles, et au-dessous, un aquarium. Les déchets et bactéries des poissons sont transformés en nitrate de fertilisation pour nourrir vos plantes.

En échange, les plantations s’occupent de la filtration de l’eau de l’aquarium.

Le Grove Labs s’occupe aussi de la régulation de la température et de l’humidité pour le « bien-être » des plantes.

5- Jardinage connecté : la serre digitale

À Tokyo, une serre numérique éphémère a été créé pour l’événement Design Touch 2017 (qui s’est tenu du 13 octobre au 5 novembre 2017). Cette serre digitale héberge sept types de légumes familiers. Les visiteurs sont invités à toucher les plantations pour activer le spectacle. Lumières et sons se mettent en route pour faire voyager les visiteurs dans un autre univers.

A chaque type de légume correspond un spectacle « sons et lumières » dédié. Le but est que les personnes s’initient à l’agriculture en sentant et touchant les espèces. Cela leur fait vivre une expérience interactive riche en couleurs. Une manière de montrer que les plantes sont comme des éléments de design et qu’il faut en prendre soin.

La serre Digital Vegetables est le projet de PARTY (collectif de créatifs)4. Un concept innovant destiné à sensibiliser les citoyens à la préservation de l’environnement.

Le jardinage connecté progresse à grands pas et jouit d’une innovation constante. Entretenir des plantes d’intérieur à distance ou confier leur croissance à des gadgets digitaux est désormais chose facile. Cependant, certaines personnes considèrent qu'il est impensable de confier l'entretien de leur plante aux machines.  Pour eux, s'occuper des végétaux est instinctif. Dans ce débat, tout est affaire de sensibilité personnelle.

Sources :

1 - http://www.gfk.com/fr/insights/news/1-francais-sur-3-fait-son-jardin-chaque-semaine/
2 - https://actu.fr/ile-de-france/pontoise_95500/tendance-les-francais-aiment-jardiner_12257847.html
3 - http://blog.parrot.com/2016/11/29/parrotpot_et_weforest/
4 - http://digivege.jp/

Auteur : Caroline Gendron, Chargée de communication, Keley Consulting

Nous contacter

Contactez-nous
Partager cet article:

Inscrivez-vous à La newsletter keley

Recevez tous les mois nos paroles d'experts et l'actualité du digital dans notre newsletter.

Merci ! Votre message a bien été envoyé.
Désolé ! Votre message n'a pu être envoyé.