EXPERTISE + LIBERTÉ
= OPINIONS

Quand la réalité virtuelle séduit le 7e art

Publié le
21/4/2017
|
Léa Duval
|
Réalité virtuelle
Publié le
21/4/2017
Léa Duval
|
Réalité virtuelle

Après avoir conquis le monde des jeux vidéo, la réalité virtuelle s’installe progressivement dans les cinémas. Le secteur des escape games se met lui aussi à la VR.

49% des Français ont envie d’essayer la réalité virtuelle et 33% sont à la recherche de nouvelles expériences immersives, selon le cabinet d’études GFK. Les propriétaires de salles de cinéma et les organisateurs d’escape games (ces jeux où il faut résoudre des énigmes pour s’évader d’une pièce) ont bien compris les enjeux et s’appliquent à proposer la technologie dans leurs offres.

Le cinéma devient une expérience enrichie

Jusqu’à la fin de l’année 2015, la ville d’Amsterdam était la seule à posséder un cinéma avec des salles de réalité virtuelle. Depuis peu, les cinémas français ont rattrapé leur retard. Courant 2016, la Géode a lancé un parcours de réalité virtuelle mêlant jeux vidéo, fictions et documentaires.

Les cinémas MK2 se sont eux aussi emparés du sujet. Fin 2016, ils ont ouvert un espace appelé MK2 VR au sein de leur multiplexe situé près de la BNF, à Paris. Un espace virtuel équipé d’une douzaine de casques propose fictions, simulations et jeux vidéo. On peut notamment voler au-dessus de New York avec le Birdly.

Plus récemment, c’est Diversion cinéma, spécialiste européen de la projection VR grand public, qui s’est associé au cinéma le Louxor pour diffuser des projections hors normes. Une décision motivée par le succès de la première édition du Paris Virtual Film Festival organisé mi-2016 avec le Forum des images.

Chaque week-end, jusqu’en juin, la salle de cinéma propose de vivre des expériences de réalité virtuelle, le contenu des projections étant changé régulièrement. Plus qu’une expérience, le cinéma en réalité virtuelle permet d’être l’acteur et/ou le spectateur d’un monde irréel où la répartition du son à 360° et l’omniprésence de l’image permettent de vivre un moment « enrichi ».

Aux Etats-Unis et en Chine, le rapprochement s’opère aussi

Aux Etats-Unis, en mars de cette année, le Festival SXSW (South by Southwest) a lui aussi mis à l’honneur la réalité virtuelle (et augmentée) en créant une « salle virtuelle » où les réalisateurs pouvaient montrer leurs films en VR.

Fin mars, Warner Bros et les salles IMAX (salles de cinéma 360°) ont annoncé un partenariat visant à produire et diffuser des films en VR dans les salles IMAX VR. Les prochains films programmés sont Justice League et Aquaman.

Le prochain film de Steven Spielberg, un thriller de science-fiction intitulé « Ready Player One » (tiré du roman d’Ernest Cline sorti en 2011), intégrera également la réalité virtuelle. Warner Bros a en effet demandé à HTC de produire un jeu mais aussi des expériences en réalité virtuelle basées sur le film. Le film doit sortir en 2018.

En Chine, l’entreprise VRrOOM est en train de créer un réseau de salles de cinéma en réalité virtuelle (les salles sont appelées VRrOOm Sanctum). Les premières salles qui ont vu le jour à Pékin et à Shanghai ont été créées en association avec China Film Group.

Les escapes games en embuscade

Le secteur des escape games ne reste pas non plus insensible à la déferlante VR et intègre avantageusement la technologie à ses jeux dont le but est de résoudre des énigmes à plusieurs pour sortir d’une pièce.

Virtual Room est un exemple de ces entreprises qui surfent sur la tendance en proposant des versions revisitées des escape games traditionnels. Les joueurs, équipés d’un casque VR, de deux contrôleurs (pour saisir, lancer ou tirer) et d’un casque audio, installés dans un box de 9 m2, voyagent à travers le temps et collaborent entre eux pour se sortir de situations « compliquées ».

Virtual-Room.fr from Monsieur K on Vimeo.

Dans le même mouvement, Eyedolon, né d’un partenariat avec la VR-connection et LDLC.com, propose à Lyon un nouveau concept d’expériences immersives. Seul face à des robots qu’il faut combattre ou dans la peau d’un hamster, les participants doivent redoubler d'ingéniosité pour se sortir du mauvais pas dans lequel ils ont été plongés.

Auteur : Léa Duval, Chargée de communication, Keley Consulting

Nous contacter

Contactez-nous
Partager cet article:

Inscrivez-vous à La newsletter keley

Recevez tous les mois nos paroles d'experts et l'actualité du digital dans notre newsletter.

Merci ! Votre message a bien été envoyé.
Désolé ! Votre message n'a pu être envoyé.