Logo de Keley Consulting
Menu burger à 3 traitsCroix blanche de fermeture du menu

EXPERTISE + LIBERTÉ
= OPINIONS

EXPERTISE + LIBERTÉ
= OPINIONS

Filtrer

Le QR code : symbole du développement digital de la chine

Publié le
19/6/2020
|
Yichun Huang
|
QR code
Temps de lecture estimé : 8 minutes
Publié le
19/6/2020
Yichun Huang
|
QR code

Le code QR (pour Quick Response) est un code barre en deux dimensions, représenté par un carré de pixels. Il permet de décrypter des informations par un scan en moins de 3 secondes.

Inventé en 1994 par la compagnie japonaise Denso Wave dans l’optique de suivre la production des composants automobiles, il est rendu public sous licence libre en 1999. À partir des années 2000, grâce à la démocratisation des smartphones et de la 3G/4G, le QR code s’est largement répandu en Asie (entre autres Japon, Corée du Sud et Chine) et en Afrique.

Le QR Code et ses différences d’utilisation

En Europe et aux USA, le QR code est un outil qui n’a jamais réussi à trouver ses utilisateurs. On le trouve principalement en publicité pour attirer des utilisateurs mobile sur une landing page, mais il reste globalement sous-utilisé. En Asie et en Afrique, il bénéficie d’une toute autre popularité. Grâce notamment à une utilisation dans le paiement mobile et le e-commerce, il s’est développé à grande échelle sur ces deux continents. En Chine, les géants Alibaba et Tencent se sont appropriés la technologie, via leur système de paiement Alipay et WeChat Pay. En Inde, on retrouve notamment PayTM et en Afrique M-Pesa et MTN.

Aujourd’hui, la Chine, moteur technologique mondial, est sans doute le pays où l’usage du QR code est le plus répandu. Outre l’industrie, il est surtout utilisé dans la vie quotidienne d’un milliard et demi de Chinois, simplifiant de nombreux besoins courants.

Comment le QR code est-il utilisé en Chine ?

Délivrance d’informations & « access point »

Ces usages sont souvent connus en Europe, mais ils y sont encore sous-utilisés. Dans les mairies chinoises par exemple, on scanne un QR code pour se renseigner sur les procédures administratives. Dans les musées, le QR code permet classiquement de déclencher un audioguide, mais aussi de visualiser une vidéo préenregistrée de l’artiste créant l’œuvre exposée et parlant de ses inspirations. Lorsque on lit un article dans les journaux, on peut scanner un QR code pour approfondir sur le sujet : « lire » cet article en réalité augmentée, ou visualiser les supports multimédias (interview, reportages en image ou en vidéo).

National Museum of China / Hubei Daily / Informations sur le vin importé
National Museum of China / Hubei Daily / Informations sur le vin importé

En France notamment, le QR code cache souvent une url. Peu interactif, il renvoie souvent vers une page web ou un formulaire. En Chine, le lien derrière le QR code est plus créatif. On peut regarder une vidéo, envoyer un email à un contact qui nous a laissé sa carte de visite, ou même s’inscrire à un événement comme une conférence ou un mariage.

Séminaire gouvernemental, Wuhan 2018
Séminaire gouvernemental, Wuhan 2018

L’identification, justement, est une des utilisations les plus répandues. Sur WeChat, on s’ajoute ou on suit un compte en scannant un QR code. Afin d’accéder à son mail ou espace client, on scanne un QR code en guise d’authentification, remplaçant du mot de passe tel que l’on utilise en France. En entreprise, on « pointe » le matin et le soir grâce à un QR code. Le midi on l’utilise pour badger à la cantine.

S’identifier par scanner le QR via WeChat, sur un site de design Open source
S’identifier par scanner le QR via WeChat, sur un site de design Open source

Marketing & services

Pour retirer ou envoyer un colis au casier Hive Box (similaire à la Pickup Station de la Poste ou Amazon Hub Locker), au lieu de taper un code, on utilise l’appli intégrée de Feng Chao dans WeChat et on scanne le code QR sur l’écran du casier pour ouvrir celui qui nous est réservé. Un restaurant est complet ? On peut prendre un ticket via un QR code et suivre l’avancement de la queue (ou de notre commande à emporter) tout en faisant du shopping. À la bibliothèque de Chongqing University, on peut désormais réserver une place via WeChat Library et la confirmer en scannant le code QR de la place quand on s’y installe (un retard peut faire perdre la priorité sur cette place).

Hive Box pour retrait de colis / Commande autonome au McDonald’s / Réservation des places à la bibliothèque
Hive Box pour retrait de colis / Commande autonome au McDonald’s / Réservation des places à la bibliothèque

Comme en France, on peut valider tout type de billets en scannant le code QR : train, spectacles, accès aux sites culturels. Le QR code sert aussi pour accéder au métro, l’application calculera même pour nous le tarif optimal.

Billet de train à valider / Entrée & sortie du métro / Billet au site Po Ta à Kai Feng
Billet de train à valider / Entrée & sortie du métro / Billet au site Po Ta à Kai Feng

D’un point de vue marketing, le QR code améliore grandement l’expérience utilisateur grâce à une connexion ultra-rapide et l’accès à du contenu riche. Et là où en France, on accuse la technologie de desservir les petits commerces, en Chine, le QR code leur permet de se digitaliser facilement et à moindre coût. C’est un vrai win-win pour les marques, commerçants et consommateurs. Avec le QR code, personnaliser une promotion, l’adapter aux saisons ou à la météo est un jeu d’enfant. Pas besoin de changer ou de réimprimer le code, mais juste le lien ! Grâce au QR code, on observe une hausse du taux de conversion, on optimise la gestion des données et du CRM, et on améliore son image de marque avec plus de traçabilité et de responsabilité.

Par exemple, lorsqu’on achète des produits frais, on peut scanner le code sur chacun pour tracer leur provenance, les conditions d’élevage ainsi que les transports qui les ont acheminé aux consommateurs finaux.

Paiement mobile & e-commerce

Payer via un QR code est omniprésent en Chine. Auparavant, il suffisait d’avoir WeChat Pay ou Alipay et de relier l’app à un compte bancaire. Aujourd’hui, il n’est même plus nécessaire de relier son compte, on peut effectuer des transferts d’argent directement sur ces applications et les utiliser elles-mêmes comme compte bancaire (comme Lydia ou Pumpkin en France). Pour payer via QR code, il existe 2 manières très simples.

Dans la première, le commerçant entre le montant dans sa machine à scanner (notre terminal CB) et le montre au client. Celui-ci vérifie ce montant et transmet en guise de paiement son QR code, qui est scanné par la machine du commerçant. Le paiement est instantanément validé et la transaction effectuée. On utilise cette méthode dans la plupart de boutiques et restaurants, car elle est la plus rapide et demande moins d’effort aux consommateurs.

Une utilisation du QR code dans un péage autoroutier.
Ici une utilisation dans un péage autoroutier.

Dans la deuxième, le consommateur scanne le QR code du commerçant, entre manuellement le montant qu’il doit régler comme dans un transfert d’argent et valide la transaction. Le commerçant reçoit alors une confirmation, qui peut même être vocale lorsque le commerçant est occupé avec d’autres clients.

Le QR Code : une méthode privilégiée par les taxis et les petits commerçants.
Une méthode privilégiée par les taxis et les petits commerçants.

En e-commerce, comme en France, la tendance est au « phygital ». Beaucoup de pure players mettent l’accent sur O2O, le « Online to Offline ». Et encore plus qu’en France, ils utilisent le QR code comme passerelle pour joindre les deux univers. Da Zhong Dian Ping par exemple (l’équivalent de Groupon en Chine), encourage les consommateurs à acheter des produits à bas prix en ligne, puis retirer leurs achats en magasin avec un QR code en guise du coupon. Dans les magasins d’ameublement, pour ne pas se charger, le consommateur crée un compte sur une borne du magasin, relie son smartphone et peut ainsi scanner en magasin les produits qui l’intéressent, les ajouter à son panier virtuel et les régler en ligne avant de tout récupérer à la sortie.

Un coupon de Da Zhong Dian Ping
Un coupon de Da Zhong Dian Ping

Aujourd’hui en Chine, la plupart des gens font leurs courses uniquement à l’aide de leur smartphone. Ils sortent sans leur portefeuille car tout ce dont ils ont besoin est dans leur smartphone. Alors qu’en France, le paiement mobile passe par une app, une puce NFC, un compte bancaire relié et des CB virtuelles, en Chine une application qui lit et émet des QR code suffit. L’étendue des paiements possibles est d’ailleurs beaucoup plus grande. Boutiques, restaurants, facture d’électricité, station de services, il est quasiment possible de tout payer avec un QR code.

Et d’un point de vue sociétal, le QR code a permis à la Chine de progresser en écologie. La suppression des tickets de caisse papier est, à l’échelle de la population du pays, une avancée non négligeable. Enfin, le QR code a aussi réduit considérablement les problèmes de fraude fiscale et de circulation de faux billets.$

Une solution d’avenir pour l’Europe et les USA ?

Lors de l’apparition dans la vie quotidienne du QR code, le monde occidental avait systématisé la carte bancaire comme principal moyen de paiement. Le QR code n’a ainsi pas été utilisé pour cela, contrairement aux pays asiatique et africains, qui étaient encore largement dépendant du paiement en espèces. En Europe et aux USA, le paiement mobile est ainsi passé par des app telles que PayPal ou Apple Wallet, qui utilisent la carte bancaire comme référentiel, et non le QR code.

Pourtant, le QR code se targue d’être un portail unique vers un nombre croissant d’utilisations, comme l’exemple chinois nous l’a montré. Fiable techniquement, sécurisé et paramétrable pour respecter la confidentialité, il a toutes les armes pour s’imposer aux yeux du consommateur.

Peut-être est-ce aux banques de s’emparer de cette solution ? Elles qui restent sous la forte menace d’une disruption – si elles persistent à s’accrocher à des process lourds et dépassés et à un fonctionnement manquant d’agilité – n’auraient-elles pas intérêt à tester cette solution ?

Ou cette solution doit-elle émaner des utilisateurs, soit les petits commerçants ? Dans une société occidentale où la main d’œuvre est plus couteuse qu’en Chine, où l’expérience consommateur aspire à l’accélération, le QR code peut très certainement contribuer à l’amélioration de notre quotidien. Il suffit pour cela d’avoir une pensée créative et innovante.

[Édit de l’auteure]

Cet article a été écrit avant la crise du Covid-19, mais il est plus que jamais d’actualité. Avec la systématisation des gestes barrières et le développement du sans contact, le QR code peut être envisagé comme une solution à beaucoup de problématiques naissantes. Les terrasses des centre-villes s’en sont d’ailleurs emparées pour proposer leurs menus sur smartphone. Le QR code est scanné par le client qui ouvre alors une page web où figure le menu. Deux bénéfices sont alors évidents : le client ne manipule pas de menu physique qui passerait de main en main, et la carte peut évoluer quotidiennement, sans frais de réimpression !

À noter qu’en Chine, pendant la pandémie Covid-19, les gouvernements provinciaux ont imposé un QR code de santé : les citoyens remplissent un sondage en ligne qui retrace leur parcours et leurs contacts dans les 14 jours passés. Si dans leur déclaration, ils n’ont pas eu de contact avec des personnes diagnostiquées positives au Covid, leur QR code de santé est vert. Sinon il est orange ou rouge selon les risques pris. Le code vert est requis à l'entrée de tous les lieux publics et des résidences afin de baisser le risque des porteurs du virus potentiels. Ceux qui ont un code orange ou rouge se voient limiter dans leur mobilité et sont suivis par le système de santé publique.

Interface de l'app gouvernementale dédiée au Covid
L'interface de l'app gouvernementale : en haut le numéro ID et le nom réel de la personne. Puis en bas le code (vert si sans symptômes et sans contact dans les 14 jours passés avec des porteurs de virus, orange requiert de faire le sondage pendant 7j, si tous va bien, le code devient vert. Rouge demande la quatorzaine et 14 jours de mise à jour quotidienne du sondage)

BON À SAVOIR

Plus de contenus : la taille d’un QR code varie de 21 x 21 cellules à 177 x 177, avec une capacité de contenir les informations allant de 25 à 4 296 caractères alphanumériques. Il peut ainsi contenir des manuels ou instructions de manufacture par exemple.

Plus de formats : à l'inverse des code-barres qui n’enregistrent que des numéros ou lettres, les codes QR permettent d’enregistrer des caractères numériques, alphanumériques, binaires et asiatiques. Il peut ainsi stocker les informations telles qu’une image, un URL, une adresse mail, une carte de visite électronique, un son, une empreinte digitale, des données de géolocalisation…

Plus de lisibilité : si un code-barres linaire doit être lu seul à l’angle horizontal, un code QR peut être lu dans tous les sens. Cela permet ainsi d’accéder aux informations qu’il contient plus rapidement.

Plus d’accessibilité et confidentialité : un code-barres est connecté à une base des données où plus d’informations sont stockées, alors qu’un code QR permet au public qui n’a pas forcément l’accès à la base des données d’obtenir des informations grâce à sa capacité de stockage en soi.

Plus de fiabilité : le décodage via le code QR a un taux d’erreur à 1 sur 10 millions, alors qu’un code-barres est à 2 sur 1 million*. Le code QR intègre un système de correction qui permet aussi lire des informations même si une partie du code est couverte ou endommagée (4 types L, M, Q, H allant de 7% jusqu’à 30% d’erreurs).

Plus de flexibilité : grâce à sa fonctionnalité de correction d’erreurs, non seulement un code QR peut être personnalisé en différentes couleurs, avec un logo ou une image dedans, il est également modulable : on peut combiner 4 codes QR dans un seul par exemple.

Sources

https://www.labce.com/spg650115_barcode_reading_and_accuracy.aspx

https://en.wikipedia.org/wiki/QR_code

https://baike.baidu.com/item/%E4%BA%8C%E7%BB%B4%E7%A0%81/2385673?fr=aladdin

https://blog.csdn.net/qq_38228254/article/details/79623728

Photo de l'auteur de l'article
Yichun Huang

Manager chez Keley Consulting

Passionnées par l'innovation B2C, Yichun a notamment travaillé pour Richemont (Montblanc, Piaget, Van Cleef & Arpels, Panerai), Orange, Lacoste, Printemps, McDonalds et Danone.

Photo de l'auteur de l'article

Manager chez Keley Consulting

Passionnées par l'innovation B2C, Yichun a notamment travaillé pour Richemont (Montblanc, Piaget, Van Cleef & Arpels, Panerai), Orange, Lacoste, Printemps, McDonalds et Danone.

Partager cet article :

Vous avez un projet digital ? Nous pouvons vous aider à définir et concrétiser rapidement votre stratégie.

Contactez-nous

Commentaires

Filtrer
Inscrivez-vous à la newsletter Keley

Recevez tous les mois nos paroles d'experts et l'actualité du digital dans notre newsletter.

Merci ! Votre message a bien été envoyé.
Désolé ! Votre message n'a pu être envoyé.

La collecte des informations demandées est nécessaire au traitement de votre demande par Keley, unique entité habilitée au traitement. Elle vous permettra de recevoir chaque mois la newsletter Keley, mais aussi de recevoir en avant-première des invitations à nos événements et de donner votre avis lors d'enquêtes. Pour tout autre type de contact, votre consentement sera au préalable recueilli. Vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’opposition et de suppression des données vous concernant. Pour l'exercer, merci de nous en faire la demande par email à l’adresse communication@keley-consulting.com. Si vous souhaitez également recevoir des invitations en avant-première à nos événements, vous pouvez vous rendre ici