Google s’inspire de Pixar pour humaniser Google Assistant

L’assistant personnel de Google, « Google Assistant », s’inspire désormais des règles de narration de Pixar. Tel un personnage de dessin animé, l’interface interagit avec  les utilisateurs avec humour.

Après avoir travaillé pour Pixar et créé la très célèbre liste des « 22 règles de storytelling », qui sert en interne aux scénaristes de films d’animation, Emma Coats a rejoint Google en janvier 2016. Dès son arrivée, elle a eu pour mission de donner à Google Assistant, la toute dernière version de l’intelligence artificielle développée par Google, une nouvelle personnalité.

Avec son équipe, mais aussi avec les développeurs de Mountain View, Emma Coats a écrit des règles de dialogue pour l’assistant personnel de Google. Son ambition : que Google Assistant devienne un assistant numérique bavard (mais pas trop), à la manière d’un personnage de dessin animé Pixar. Ses contraintes : répondre à n’importe quel utilisateur de manière cohérente, tout en prenant en compte l’immense diversité des questions qu’un utilisateur peut poser.

Google Assistant succède à Google Now. Pour le moment, cet assistant virtuel n’est disponible qu’en quelques langues et uniquement sur les smartphones de la gamme Pixel que Google a lancés l’an dernier. Mais une diffusion plus massive ne devrait pas tarder.

Google assistant : l’humour comme facteur de différenciation

Dotée d’une certaine dose d’humour, élément crucial pour Emma Coats, l’application Google Assistant répond à une grande partie des demandes courantes : rechercher un restaurant, savoir quel sera le temps demain, lancer un morceau de musique, noter un rendez-vous, envoyer un message…

Au-delà des smartphones de la gamme Pixel, Google Assistant est également accessible depuis Google Allo (application de messagerie intelligente de Google) et Google Home (assistant intelligent ayant la forme d’un haut-parleur).

Google a récemment ouvert sa plateforme aux développeurs pour leur permettre de créer des « actions de conversation » pour Google Home. Ces « conversation actions » permettront dans un futur proche aux utilisateurs de créer des commandes personnalisées comme « Ok Google, je pars ». Cette commande aura pour résultat d’éteindre toutes les lumières et le chauffage quand une personne sort d’un appartement ou d’une maison.

Liens utiles :

http://io9.gizmodo.com/5916970/the-22-rules-of-storytelling-according-to-pixar
http://www.wired.co.uk/article/the-human-in-google-assistant
https://siecledigital.fr/2017/01/26/google-assistant-maison-connectee/

Article mis en ligne le 21/02/2017.

Léa DuvalAuteur : Léa Duval, Chargée de communication, Keley Consulting
La contacter

 

Share on LinkedInTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *