Logo de Keley Consulting
Menu burger à 3 traitsCroix blanche de fermeture du menu
EXPERTISE + LIBERTÉ
= OPINIONS
Filtrer

L’évolution des moyens de paiement avec la crise de la Covid-19

© Crédits photos –
Paul Felberbauer sur unsplash.com

En 2020, la crise de la Covid-19 a accéléré le développement du e-commerce, ayant pour impact une forte augmentation du nombre de transactions en ligne et l’émergence de nouveaux acteurs du paiement. Choisir une solution, et même s’informer lorsqu’on est e-commerçant ressemble aujourd’hui à un chemin de croix. État des lieux et éléments de choix dans cet article.

L’explosion du e-commerce (hausse de 5,8% en 2020 [1]) a entraîné une évolution des moyens de paiement, avec la nécessité de répondre rapidement à une forte digitalisation du commerce de détail. Signe de l’accélération technologique, le moyen de paiement le plus utilisé en 2020 est le e-wallet [2], représentant 44.5% du volume de transactions e-commerce, suivi par la carte bancaire avec 22.8%. Les prédictions pour 2024 confirment cette tendance ; 51.7% des transactions s’accompliront via le e-wallet et 20.8% via la carte bancaire [3].

Le paiement sans contact en forte hausse

La crise sanitaire a précipité la diminution de l’utilisation du paiement en espèces, avec la distanciation sociale et les fermetures des magasins physiques, tout en accélérant l’adoption du paiement sans contact. Celui-ci est devenu évident pour éviter tout contact physique et encouragé comme bonne pratique pour lutter contre l’épidémie. Les utilisateurs se sont habitués à ce moyen de paiement : 74% d’entre eux déclarent qu’ils continueront de l’utiliser après la crise [4]. La pandémie a donc modifié les habitudes d’achats et de paiement des consommateurs.

De nouveaux enjeux du paiement pour le e-commerce

Les moyens de paiement digitaux doivent répondre aux nouvelles exigences du marché du e-commerce : acheter plus vite (notamment avec la 5G), sans contact physique, de façon pratique et unifiée (omnicanal), en toute sécurité.

Ces changements, qui ont eu lieu en un temps très court, imposent une forte adaptabilité aux acteurs de e-commerce, pour pouvoir répondre à ces nouveaux besoins des consommateurs, tout en respectant la sécurité des paiements via une authentification rapide mais obligatoire (DSP2). Le challenge du e-commerçant est donc d’offrir le parcours d’achat le plus simple et optimisé possible. Ce qui passe inévitablement par une réflexion sur les moyens de paiement qu’il met à disposition.

Une multitude de moyens de paiement

De nouveaux acteurs du paiement ont ainsi vu le jour, proposant des solutions intéressantes pour les e-commerçants, dans un marché du paiement très concurrentiel :

  • Les paiements mobiles, sont en hausse, notamment car ils sont conformes à la DSP2 et proposent un parcours client simple.
  • Le « Buy now, Pay later » et le paiement en plusieurs fois : le consommateur peut payer en différé tout en obtenant son produit tout de suite. Quelques acteurs s’imposent comme Klarna, AfterPay, PayPal.
  • Le virement bancaire instantané. Par exemple : Sofort, iDeal.
  • Le paiement par lien, SMS, WhatsApp se démocratise ; comme le propose PaybyLink.

Selon les pays, les moyens de paiement les plus utilisés ne sont pas les mêmes. Les habitudes des consommateurs étant différentes. En Chine par exemple, le QR-code s’est imposé dans de nombreux commerces ou sur les péages d’autoroute.

Au-delà des moyens de paiement, les acteurs du e-commerce doivent aussi choisir de passer par leur banque ou par un Prestataire de Services de Paiement (PSP). Ce dernier, permet de faire l’intermédiaire entre le e-commerçant et sa banque. Via le PSP, le e-commerçant peut ajouter les moyens de paiement qu’il souhaite proposer selon les tendances des pays, être conforme à la DSP2 ou encore bénéficier d’un moteur de gestion de fraude... Un échelon supplémentaire qui complique la tâche et le parcours sans couture dont rêve chaque e-commerçant.

Le sujet vous intéresse ? Découvrez-en plus sur :

Solutions de paiement : comment bien choisir ?

Plusieurs éléments sont à prendre en compte. La première étape est de bien définir le besoin de l’entreprise selon certains critères :

  • Marché uniquement français ou international,
  • Volume de transactions actuel et estimé,
  • Nécessité de gérer de la fraude ou non,
  • Volume de visites sur mobile vs desktop,
  • Solution technique utilisée pour le site (CMS).

Ainsi, si l’entreprise évolue dans un marché international, il faudra pouvoir proposer des moyens de paiement spécifiques aux pays et vérifier les coûts associés aux commissions. De même, il faudra valider que la solution de paiement s’intègre facilement au site, via un module déjà existant par exemple. Un autre critère clé est le coût. Il existe différents modèles de commissionnement avec des frais fixes et variables. Cela dépend notamment du chiffre d’affaires et du montant moyen des transactions de l’e-commerçant.

Le paiement est un élément clé pour un site de e-commerce, il est donc important de ne pas négliger le cadrage. Se faire accompagner par des experts externes permet au e-commerçant de faire le bon choix, en fonction de ses besoins, du marché, du contexte international, de sa solution e-commerce existante ; tout en prenant en compte les contraintes de sécurité.

[1] https://www.fevad.com/bilan-du-e-commerce-en-2020-les-ventes-sur-internet-atteignent-112-milliards-deuros-grace-a-la-digitalisation-acceleree-du-commerce-de-detail/

[2] Portefeuille électronique : moyen de paiement numérique pour réaliser des achats en ligne ou physique, recevoir des virements ou envoyer de l’argent. Il peut être relié à une carte bancaire (exemple : Google Pay et Apple Pay).

[3] https://www.paymentscardsandmobile.com/global-payments-report-trends-in-global-payments/

[4] https://www.finextra.com/newsarticle/35732/covid-19-spurs-contactless-payments-takeup---mastercard

Éléonore Labrouche

Consultante digital chez Keley Consulting

Diplomée de la Toulouse Business School, Éléonore a rejoint Keley en 2021. Ses expériences passées et actuelles témoignent de ses compétences en e-commerce, digital marketing et gestion de projets et de produits (Product Owner) dans des environnements agile et SAFe. Elle a notamment travaillé pour Renault, Valoo ou Christian Louboutin.

Partager cet article :

Vous avez un projet digital ? Nous pouvons vous aider à définir et concrétiser rapidement votre stratégie.

Contactez-nous
Filtrer

Inscrivez-vous à la newsletter Keley

Recevez tous les mois nos paroles d'experts et l'actualité du digital dans notre newsletter.

Merci ! Votre message a bien été envoyé.
Désolé ! Votre message n'a pu être envoyé.

La collecte des informations demandées est nécessaire au traitement de votre demande par Keley, unique entité habilitée au traitement. Elle vous permettra de recevoir chaque mois la newsletter Keley, mais aussi de recevoir en avant-première des invitations à nos événements et de donner votre avis lors d'enquêtes. Pour tout autre type de contact, votre consentement sera au préalable recueilli. Vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’opposition et de suppression des données vous concernant. Pour l'exercer, merci de nous en faire la demande par email à communication@keley-consulting.com.